Lison Futé 2019 est arrivé !

  • À propos
  • Archives web
  • Conseils de lecture sur le Web
  • Ecrivez-nous
  • Mon Lison futé préféré
  • Téléchargements

Le génie de la lampe de poche

le-genie-de-la-lampe-de-pocheEmilie Chazerand
Joëlle Dreidemy

Sarbacane, 2017
[CHA]

IlPour ses 10 ans, Vladimir Poulain est envoyé en colonie.
Ses vacances s’annoncent très mal : le centre « La Joie dans les bois » est situé entre une autoroute et un abattoir, son directeur est fou, la cuisinière allemande prépare des plats dégoûtants qu’elle oblige à avaler jusqu’à la dernière cuillère, et le voisin de tente de Vladimir pue des pieds.
Heureusement Eugène Von Génial sort miraculeusement d’une lampe de poche et propose à Vladimir d’exaucer ses vœux. Mais c’est un génie qui manque peut-être un tout petit peu d’entraînement…
Un roman drôle à souhait pour passer de bonnes vacances !

À partir de 8 ans.

Katia



Calvin et Hobbes

calvin-et-hobbesBill Watterson

Hors collection, 20 tomes de 1985 à 1995
Traduit de l’américain par Laurent Duvault
[BD CAL]

Calvin, 6 ans, est passionné par les dinosaures et surtout il a un tigre en peluche qui devient vivant dès que les parents ne sont pas là ! Ensemble ils refont le monde, ont des discussions philosophiques, partent pour des expéditions lointaines et traumatisent la baby-sitter. Ces comics strips ont été traduits dans quarante langues différentes, obtenu plusieurs prix littéraires et pourtant aucun produit dérivé n’a été créé. Pour être de bonne humeur, la prescription est de 1 page minimum par jour.

Fabienne



La disparition de Stephanie Mailer

abbey-gang

Joel Dicker

De Fallois, 2018
[DIC]

Orphea, paisible ville des Hamptons va devenir le théâtre d’une enquête qui s’étendra sur vingt ans.
L’histoire commence en juillet 1994, nous sommes le soir de l’inauguration du très attendu festival de théâtre de la ville d’Orphea. Alors que tous les projecteurs sont dirigés vers cet événement, un quadruple meurtre a lieu, celui du maire de la ville, retrouvé assassiné à son domicile aux côtés de sa femme et de son fils. Le corps sans vie d’une jeune femme faisant son footing est également retrouvé devant leur maison. Après quelques semaines d’enquête, les inspecteurs Derek et Jesse boucleront l’affaire et arrêteront le meurtrier. En 2014, alors que l’inspecteur Jesse s’apprête à célébrer son pot de départ de la police fédérale, une journaliste, Stephanie Mailer, vient l’interpeller sur cette affaire vieille de vingt ans aujourd’hui. Tout son propos repose sur le fait que les enquêteurs se sont trompés de cible à l’époque et que le véritable meurtrier court toujours. La journaliste, déjà bien aux faits de l’enquête initiale,  prétend avoir vu dans ce drame ce que personne n’a jamais voulu voir. A la suite de ces quelques maigres révélations, Jesse décide de ne pas porter davantage d’intérêt à ce témoignage. Et c’est seulement quelques jours plus tard, au moment où Stephanie Mailer deviendra injoignable qu’il va commencer à se poser des questions. Ainsi démarre la progression vers l’intrigue de cette histoire.
Il est possible que certains lecteurs qui connaissent les autres romans de Joel Dicker y trouvent comme un effet répétitif dans l’élaboration de l’intrigue, les retours en arrière et les rebondissements. Personnellement, cela ne m’a pas empêchée d’accrocher rapidement à l’histoire et d’avoir hâte d’en connaître l’issue. J’ai justement apprécié me replonger dans cette écriture et ce rythme, comme quelque chose de familier que l’on aime retrouver. Et pour les lecteurs qui ne connaissent pas encore l’œuvre de cet auteur, et qui aiment les romans policiers “page turner”, il sera idéal pour vos lectures d’été !

Noemie

dispo




La papeterie Tsubaki

ogawa-papeterie

Ito Ogawa

Philippe Picquier, 2018
Traduit du japonais par Myriam Dartois-Ako
[OGA]

A Kamakura, ville côtière de la baie Sagami (pour les connaisseurs du Japon), retourne vivre Hatoko, une jeune femme de 25 ans décidée à reprendre la papeterie léguée par sa grand-mère. Elle y devient écrivain public donnant le meilleur d’elle-même pour satisfaire la demande. Tout en partageant une tasse de thé, elle écoute d’une oreille attentive. Il faut savoir s’adapter aux attentes diverses : carte de vœux, lettre de rupture, condoléances insolites, témoignage d’amour… A chaque nouvelle commande, Hatako s’efforce de répondre avec exactitude. Tout est important : le choix du papier, l’encre, l’enveloppe, le timbre et bien entendu, la calligraphie. En exerçant ce nouveau métier, Hatako se rapproche de sa grand-mère disparue qui lui avait enseigné la calligraphie dans les règles de l’art. Elle se souvient de sa relation conflictuelle avec cette femme exigeante qui l’a éduquée. Certaines rencontres changent son regard, lui font reconsidérer son point de vue et la libèrent du poids de l’héritage. Accompagnée indéfectiblement de Madame Barbara, sa vieille voisine, Hatako s’épanouit au rythme des saisons. Le récit s’achève au printemps, je vous laisse deviner pourquoi.

Marie-Jo

dispo